À l’automne, alors que le pays affrontait sa deuxième vague épidémique, le gouvernement répondait enfin à la demande de renforts formulée par le SE-Unsa. Mais il y répondait à sa façon… Le ministère accordait aux rectorats des possibilités de recrutements seulement jusqu’aux vacances de février.